La pinacothèque Ambrosienne : un musée d’art et de culture à Milan

La pinacothèque Ambrosienne est un musée d’art situé à Milan, dans le palais de l’Ambrosiana, où se trouve également la célèbre bibliothèque Ambrosienne. Fondée en 1618 par le cardinal Federico Borromeo, qui a fait don de sa collection de peintures, de dessins et de sculptures à la bibliothèque qu’il avait créée en 1607, la pinacothèque Ambrosienne est l’un des plus anciens musées d’Italie et d’Europe. Elle abrite des chefs-d’œuvre de grands artistes tels que Léonard de Vinci, Botticelli, Titien, Caravage, Brueghel et Raphaël.

Dans cet article, je vous propose de découvrir les principales attractions de ce musée, son histoire et ses curiosités.

L’histoire de la pinacothèque Ambrosienne

L’idée de créer une pinacothèque Ambrosienne est née du désir du cardinal Federico Borromeo, archevêque de Milan et cousin de saint Charles Borromée, de promouvoir la culture et l’éducation artistique dans le respect des principes du Concile de Trente. Le cardinal était un grand mécène et collectionneur d’art, qui possédait environ 250 tableaux et dessins, ainsi que des livres, des manuscrits, des objets précieux et des reliques.

[Codex Atlanticus de Léonard de Vinci]
Codex Atlanticus de Léonard de Vinci

En 1607, il fonde le collège et la bibliothèque Ambrosienne inaugurés en 1609, qui porte le nom du saint patron de Milan, saint Ambroise. Il s’agit d’une des premières bibliothèques publiques d’Europe, qui accueille tous ceux qui savent lire et écrire. La bibliothèque contient des trésors inestimables, comme le Codex Atlanticus de Léonard de Vinci (voir l’image), le Virgile du Pétrarque ou le De rerum natura de Lucrèce.

En 1618, le cardinal fait don de sa collection d’art à la bibliothèque, avec l’intention de créer une pinacothèque qui serve de modèle et de soutien à l’Académie de peinture et de sculpture. L’Académie est dirigée par Giovanni Battista Crespi, dit le Cerano, et compte parmi ses élèves Daniele Crespi, Giulio Cesare Procaccini et Il Morazzone.

La pinacothèque Ambrosienne est inaugurée dans la Sala Fredericiana, la salle de lecture publique de la bibliothèque. Elle est ensuite agrandie et rénovée à plusieurs reprises au cours des siècles. En 1906, elle est restaurée par Luca Beltrami, Antonio Grandi et Luigi Cavenaghi. Puis en 1938, elle est endommagée par un incendie et reconstruite par Ambrogio Annoni. Et en 1943, elle subit les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et doit fermer pendant plusieurs années. Elle sera réaménagée par Luigi Caccia Dominioni. Enfin, entre 1990 et 1997, elle fait l’objet d’une nouvelle restauration qui lui donne son aspect actuel.

Les principales œuvres de la pinacothèque Ambrosienne

La pinacothèque Ambrosienne possède une collection riche et variée, qui couvre différentes écoles et périodes artistiques. Elle compte environ 1500 œuvres exposées dans 24 salles thématiques. Voici quelques-unes des plus remarquables :

  • Le Portrait d’un musicien de Léonard de Vinci : il s’agit d’un portrait à l’huile sur bois de 47 x 37 cm datant du début du XVIe siècle. Il représente un jeune homme tenant une partition musicale dans sa main gauche. Son identité n’est pas certaine : il pourrait s’agir d’Atalante Migliorotti.
  • La Corbeille de fruits du Caravage : c’est une nature morte à l’huile sur toile réalisée vers 1596. Elle montre une corbeille remplie de fruits variés (pommes, poires, raisins) posée sur une table recouverte d’un drap blanc. Certains fruits sont mûrs, d’autres sont abîmés ou pourris, ce qui symbolise la fragilité de la vie et la vanité des plaisirs terrestres.
  • La Madone du pavillon de Botticelli : c’est une peinture à l’huile sur bois datant de 1493. Elle représente la Vierge Marie tenant l’Enfant Jésus dans ses bras, sous un pavillon orné de fleurs et de fruits. Au-dessus d’eux, deux anges tiennent une couronne de roses. Le paysage en arrière-plan évoque la campagne toscane.
  • La Madone des tours de Bramantino : c’est une fresque transférée sur toile datant du début du XVIe siècle. Elle représente la Vierge à l’Enfant entourée de deux saints : saint Ambroise et saint Michel Archange. Derrière eux, on aperçoit deux tours, symboles de la ville de Milan et de son évêque.
  • Le Portrait d’une femme de Giovanni Ambrogio de Predis : c’est un portrait à l’huile sur bois datant de la fin du XVe siècle. Il représente une dame élégamment vêtue et coiffée, tenant un brin de myrte dans sa main droite. Son visage est fin et expressif, ses yeux sont bleus et son teint est pâle. Il s’agit peut-être d’une parente ou d’une amie du peintre.
  • Les cartons de L’École d’Athènes de Raphaël : ce sont des dessins préparatoires à la fresque célèbre que Raphaël a réalisée au Vatican entre 1509 et 1511. Ils représentent les principaux philosophes et savants de l’Antiquité grecque, réunis dans un édifice monumental inspiré par l’architecture classique. Parmi eux, on reconnaît Platon, Aristote, Socrate, Pythagore, Euclide ou encore Diogène.
Galerie de sculpture ornant un escalier dans la pinacothèque
Galerie de sculpture ornant un escalier dans la pinacothèque.

Les curiosités de la pinacothèque Ambrosienne

La pinacothèque Ambrosienne ne se limite pas à ses œuvres d’art : elle renferme aussi des objets insolites ou surprenants, qui témoignent de l’histoire et de la culture du lieu. En voici quelques exemples :

  • Le cheveu de la Vierge : il s’agit d’un cheveu blond conservé dans un reliquaire en cristal et en or. Selon la tradition, il aurait appartenu à la Vierge Marie et aurait été rapporté de Terre Sainte par le cardinal Borromeo lors d’un pèlerinage en 1584.
  • Le globe terrestre : il s’agit d’un globe en bois recouvert de papier peint datant du XVIIe siècle. Il mesure 1,5 mètre de diamètre et pèse 80 kilos. Il représente le monde connu à l’époque, avec les continents, les océans, les pays, les villes et les fleuves. Il est orné de figures allégoriques et d’animaux fantastiques.
  • Le portrait du cardinal Borromeo : il s’agit d’un portrait à l’huile sur toile réalisé par Giovanni Battista Crespi en 1620. Il montre le fondateur de la pinacothèque en buste, vêtu d’une robe rouge et d’une cape blanche. Il porte une croix pectorale et une bague épiscopale. Son regard est sérieux et austère, son visage est marqué par les rides et la barbe grise.

Horaires et tarifs

Ouvert du lundi au dimanche de 10h00 à 18h00. Fermé le mercredi.

PinacothèqueCrypteLes deux
Normal15€8€20€
0-5 ansGratuitGratuitGratuit
6-14 ans5€Gratuit5€
15-18 ans10€6€15€
+ de 65 ans13€6€15€
Grille tarifaire de la pinacothèque Ambrosienne – Source : Info utili – Veneranda Biblioteca Ambrosiana

Les billets à ce tarif peuvent s’acheter sur place à la billetterie, sur le site web un partenariat avec la billetterie en ligne propose les billets avec un surcoût.

Conclusion

La pinacothèque Ambrosienne est un musée à ne pas manquer si vous visitez Milan. Elle vous permettra d’admirer des chefs-d’œuvre de l’art italien et européen, mais aussi de découvrir l’héritage culturel et spirituel du cardinal Borromeo, qui a voulu faire de ce lieu un centre de savoir et de beauté.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la pinacothèque Ambrosienne, vous pouvez consulter son site officiel.


Commentaires

Une réponse à “La pinacothèque Ambrosienne : un musée d’art et de culture à Milan”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *